Alexandrie
Documentation et archives privées

Recherche rapide

Recherche libre sur l'ensemble des fonds


Fonds d'archives : Intervention Parlementaire
Titre Intervention - Développement des investissements d'infrastructures du Groupe TEC
Sous type interv. parl. Intervention
Date 13/11/2017
Auteurs archives Hazée Stéphane
Producteur archives Ecolo. Parlement wallon (2014-2019) (PA)
Niveau de pouvoir Région wallonne
Descripteurs TEC
Texte intervention
Je souhaite exposer ici un autre enjeu important en lien avec le transport en commun à partir d'un constat, un constat que j'ai vu le Gouvernement faire sien également il y a quelques jours, qui est le constat établi par le Bureau du plan il y a un peu plus d'un an quant à l'augmentation du trafic sur le réseau routier, quant à la congestion automobile à laquelle cela conduit et quant aux perspectives à politique inchangée.

 

Effectivement, à politique inchangée, le Bureau du plan établit que l'on est parti pour un taux de croissance annuel moyen qui se poursuivrait autour de 1,1 %, avec dès lors un impact quant à une augmentation de la congestion qui serait encore beaucoup plus forte. Il estime ainsi que cette hausse de trafic qu'il prédit conduirait à une baisse de la vitesse moyenne sur les routes aux heures de pointe de 24 % et même dans les heures dites creuses autour de 10 %. À côté de cela, il y a à également prendre en compte les enjeux en termes de dérèglement climatique, puisque, en la matière, nous n'avons pas d'autres choix que de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Aujourd'hui, elles représentent presque un quart des émissions totales et c'est aussi le secteur qui continue à augmenter. Il faut également prendre en compte l'impact sur la pollution de l'air.

 

On peut estimer, selon le ministre que je lisais sur le sujet il y a peu, à 2 400 le nombre de personnes qui décèdent chaque année en lien avec la pollution de l'air.

 

C'est aussi le temps de trajet qui augmente. Cela a un impact également sur le stress des usagers du transport public, des usagers de voitures individuelles. C'est aussi un impact en termes de santé publique. C'est également un impact en termes d'accessibilité et de mobilité.

 

C'est la Fédération des entreprises de Belgique qui avait chiffré à l'échelle du pays le coût de la congestion à 8 milliards d'euros par an. C'est dire si, considérant la perspective du Bureau fédéral du plan qui annonce une augmentation de ce phénomène, malgré déjà un certain nombre de politiques qui sont mises en œuvre, nous allons dans le mur en la matière.

 

Lorsque l'on regarde les choses du point de vue du transport en commun, la congestion a aussi un impact sur la qualité du service, sur sa fiabilité puisque lorsque le bus est enfermé dans les voies de circulation ordinaires, son temps de trajet augmente, ce qui signifie que l'on finit par ne plus respecter les horaires, qu'il faut modifier et l'attractivité, la vitesse commerciale du service en est impactée négativement. Puis, au fur et à mesure de cette augmentation de trajet, de ces modifications horaires, parce qu'il faut à un moment donné les intégrer lorsqu'elles sont structurantes, ou en tout cas structurelles, cela conduit aussi à affaiblir l'offre par petits morceaux, puisque, forcément, un bus qui circule moins, c'est aussi un bus qui, sur une journée, sur le temps d'une journée de travail, permet de faire moins de services.

L'idée de cette proposition de résolution, c'est d'agir en la matière. Il y a une série de leviers qui doivent être utilisés. La proposition n'a pas pour ambition d'être la solution unique, sinon il y a longtemps que les choses auraient été mises en œuvre. Il y a toute une série de leviers, ils sont bien connus. Il y a des leviers en termes de prévention, de l'accroissement de la demande, c'est ce qui se passe en termes d'aménagement du territoire. Il y a toute une série de politique aussi à développer ou à relancer en matière de vélo, en matière de covoiturage. Puis, il y a l'impact des transports en commun, qui peuvent avoir un rôle structurant sur la gestion de la mobilité.

 

La clé, c'est que le groupe TEC ne soit plus seulement, comme il l'est trop souvent aujourd'hui, celui qui conduit les usagers captifs, ceux qui n'ont pas d'autres choix que de prendre le bus. Cela constitue une partie importante des usagers. Un des leviers pour pouvoir aboutir à cet accroissement de son utilisation, c'est d'améliorer la vitesse commerciale des transports en commun. Cela signifie d'augmenter les moyens qui sont dégagés pour pouvoir investir dans tout ce qui est à mettre en œuvre pour donner une priorité aux bus dans le trafic.
Fichier web Investissements TEC - 13/11/17
Documents numériques liés


171113 STH Intervention CDA Infra TEC.pdfInvestissements TEC - 13/11/17 (67 Ko)

Besoin d'un renseignement?

N'hésitez pas à nous contacter au +32 81/24.23.00 ou via info.alexandrie@etopia.be

Motoris√© par Alexandrie - ©